Cadran solaire

C’est sur la fin de l’hiver 2005, que Madame Marie-L. Chartier, membre du Comité d’Embellissement, prend contact avec Monsieur André Beaulieu cadranier de la région de Montréal pour lui manifester le désir de construire un cadran solaire.

Le 21 juin 2006, lors du solstice d’été, Monsieur Beaulieu débarque à St-Bruno-de-Guigues avec ses plans, ses outils et ses calculs détaillés.  Avec un compas spécial et l’étoile polaire, Monsieur Beaulieu détermine la longitude (79° 26’ ouest), la latitude (47° 28’ nord) ainsi que la déclinaison magnétique (12° 40’ ouest).

Nous choisissons de donner la forme d’un « shaft » de mine à notre cadran avec des piquets de « clams » pour indiquer les heures. Le cadran mesure 10 pieds de haut (330 cm), 16 pieds de large (528 cm) et est ce que l’on appelle un cadran horizontal. Ce « shaft » nous rappelle la mine de plomb qui a été découverte en 1686 par un chevalier de Troyes. Celle-ci demeure enfouie jusque vers 1850 où un dénommé Wright redécouvre la mine et en constate sa grande teneur en argentifère. C’est d’ailleurs une des premières mines d’argent au Canada.

S’en suit la préparation du terrain et le montage (soudage) du cadran. Il est entièrement fabriqué en aluminium. Monsieur Beaulieu revient chez-nous en octobre 2006 pour procéder à l’installation.

En ce qui concerne la lecture de l’heure sur le cadran, celle-ci se fait avec le gnomon et il indique l’heure avancée de l’est (l’heure d’été). Naturellement dame nature doit être avec nous, et nous offrir son soleil !